Catégories
Alimentation Force

Perdre du poids grâce à la musculation

De nombreuses personnes reprennent du poids après un régime. Elles veulent perdre des kilos, s'affament, boivent de l'eau et mangent des épinards avec du blanc de poulet. Au début, deux kilos ont fondu, mais après quelques mois seulement, quatre nouveaux kilos se sont installés.

On se pose alors la question : comment puis-je perdre du poids ?

La réponse est simple : le renforcement musculaire est un point central.
Tu découvriras pourquoi dans la suite de cet article.

Pourquoi ai-je besoin de musculation ?

Le sport et l'activité physique sont indispensables pour perdre du poids. Mais l'exercice physique sans renforcement musculaire ne suffit pas. Car ainsi, les kilos ne fondent qu'à court terme. Le fameux effet yoyo te rattrape après le régime pour une raison simple : l'organe responsable du métabolisme n'a tout simplement pas été suffisamment sollicité. Et dans ce cas, il ne s'agit ni de l'estomac ni de l'appareil digestif - mais des muscles. Ensemble, ils stimulent le métabolisme. Ils permettent de consommer l'énergie absorbée et d'activer la circulation. Ils aident à perdre du poids et à éviter d'en reprendre.

Important pour le développement musculaire

Si tu fais du jogging ou de la natation avec assiduité, mais que tu ne parviens pas à perdre du poids comme tu le souhaites, cela peut tout à fait être dû à un manque de masse musculaire. Un entraînement varié axé sur le développement musculaire peut y remédier. Si vous ne faites que consommer des calories sans développer vos muscles, vous reprendrez tôt ou tard du poids. De nombreuses personnes au régime tombent dans le panneau. Surtout si tu n'as pas fait de sport depuis longtemps, tu devrais mettre l'accent sur le développement musculaire. Si l'on s'attaque en priorité au développement musculaire au cours des premières semaines, on perd du poids plus rapidement et durablement. L'alimentation est également importante, mais le comptage des calories vient en deuxième position.

L'entraînement d'endurance à lui seul ne suffit pas à faire tourner la combustion des graisses à plein régime. Autrefois, on disait qu'un entraînement musculaire ne devait avoir lieu qu'après 20 minutes d'échauffement. Aujourd'hui, on sait que l'on peut même commencer directement par là. Le développement musculaire est une partie fatigante de l'entraînement et il est plus facile pour certains d'en finir d'abord. Mais si l'on travaille ensuite l'endurance, il faut absolument veiller à ce que cela ne concerne pas le même muscle cible. Sinon, tu freineras le développement musculaire. L'endurance et la fréquence cardiaque sont alors nécessaires. La consommation d'énergie s'envole - les kilos s'envolent. Avec une consommation moyenne d'environ 2000 calories et une consommation d'environ 2500 - 3000 calories, tu peux perdre du poids et de la graisse dans un avenir prévisible.

Quels sont les avantages du renforcement musculaire ?

Que se passe-t-il pendant la perte de poids ? Le premier niveau de remodelage du corps est le développement musculaire. Les muscles font en sorte que les parties du corps paraissent bien formées. Les bourrelets et les hanches deviennent lisses. D'ailleurs, les femmes ne sont pas les seules à lutter contre les bourrelets de graisse à la taille des pantalons. Les hommes aussi connaissent ce problème gênant.

Les muscles entraînés consomment plus d'énergie. Plus il y a de muscles, plus il y a de graisse. Un entraînement continu permet de solliciter régulièrement les muscles et de soutenir le métabolisme. Ainsi, le remodelage du corps et la consommation d'énergie vont de pair. Après quelques semaines seulement, les différences sont visibles et perceptibles. Car chaque mouvement est désormais nettement plus facile. C'est le début de la phase motivante de la perte de poids.

Conclusion :

  • Le développement musculaire nécessite un entraînement musculaire
  • La perte de poids est favorisée par un entraînement musculaire régulier
  • L'entraînement à long terme empêche la dégradation musculaire
  • Le métabolisme a besoin d'un entraînement musculaire
  • Les muscles assurent une belle silhouette
  • La musculation consomme des calories

Effets positifs sur la perte de poids

Quand il y a plus de muscles, la balance n'est pas la seule à se réjouir. Le bien-être augmente également. Souvent, la posture s'améliore également, ce qui est surtout favorisé par l'amélioration de la musculature du dos. Il est également beaucoup plus facile de courir ou de monter les escaliers.

Le corps déborde de force et d'énergie. Tout devient plus facile. Lorsque la lourdeur diminue, le mouvement redevient un vrai plaisir.

Qu'est-ce qui vient après ?

L'objectif est atteint ? Maintenant, tu ne dois surtout pas t'arrêter. Car si les muscles ne sont plus entraînés, ils repartent et entraînent le métabolisme avec eux. C'est ainsi que tu reprends du poids. Pour perdre du poids et le maintenir, il faut travailler sur soi-même à long terme. Il est recommandé d'intégrer régulièrement des séances de musculation en plus de l'entraînement d'endurance.

Tu peux soutenir la construction et le maintien des muscles en prenant des protéines de manière ciblée. Les protéines et les légumes sont alors également les substances vitales dont les muscles ont besoin après l'entraînement.

Mais le plus important pour perdre du poids est et reste la patience : La patience est récompensée à long terme.

Catégories
Endurance Nous n'attendons plus que toi

Entraînement HIIT (high intensity intervall training)

Qu'est ce que l'entrainement HIIT

L'entraînement HIIT est une méthode d'entraînement qui consiste en des intervalles de haute intensité combinés à des phases lentes de basse intensité. Cette interaction permet d'obtenir un stimulus d'entraînement très efficace. Pendant longtemps, l'entraînement cardiovasculaire dans le domaine du fitness a été réalisé presque exclusivement sous la forme d'un entraînement continu, à basse intensité et axé sur la durée. Un tel entraînement cardio-vasculaire classique occupe certes encore aujourd'hui une place importante dans la planification de l'entraînement. Cependant, de nouvelles connaissances scientifiques montrent qu'une amélioration maximale et rapide de la capacité cardiovasculaire, même chez les personnes non entraînées, peut être obtenue de la manière la plus efficace en variant l'intensité de l'effort (entraînement HIIT). Le HIIT a des effets positifs étendus et supplémentaires sur le corps. D'un point de vue physiologique, il est donc nécessaire de compléter les formes d'entraînement conventionnelles par un entraînement par intervalles à des intensités très élevées (entraînement HIIT). Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Quelles sont les principales adaptations auxquelles on peut s'attendre grâce à l'entraînement HIIT ?

L'entraînement HIIT augmente le volume de sang par battements. Cela signifie que le cœur peut pomper plus de sang dans la circulation à chaque battement. Comme le volume de battements augmente avec un entraînement spécifique, mais que le débit cardiaque reste à peu près le même à un effort sous-maximal, nous mesurons une fréquence cardiaque plus basse après une phase d'entraînement à effort égal. C'est donc le volume de battements qui augmente grâce au HIIT. Cela est dû à une meilleure fonctionnalité de la contraction cardiaque et à un muscle cardiaque plus grand. Si la fréquence cardiaque maximale reste inchangée, la capacité maximale de transport sanguin du cœur (le débit cardiaque maximal) augmente. Parallèlement, la fréquence cardiaque au repos diminue, car le cœur doit battre moins souvent pour transporter la même quantité de sang en raison du volume de battements plus important. Parallèlement, la fréquence cardiaque au repos diminue, car le cœur doit battre moins souvent pour transporter la même quantité de sang en raison du volume de battements plus important.

Comment fonctionne un entraînement HIIT ?

  • Choisis un niveau d'effort pour l'échauffement (X), de sorte que l'effort personnel se situe dans une fourchette de 2 à 4 sur l'échelle de Borg (effort "modéré"). La fréquence des mouvements devrait être d'environ 60 rpm sur le vélo et d'environ 50 rpm sur l'elliptique.
  • Après l'échauffement, le niveau d'effort est doublé pour le premier intervalle (2xX). La fréquence des mouvements est augmentée à au moins 80 rpm. Essaie de respecter la fréquence de mouvement d'au moins 80 tours. Tu devrais être à 8 - 9 (effort "extrême") sur l'échelle de Borg. Si tu ne parviens pas à maintenir la fréquence de mouvement au-dessus de 80 tours, le niveau d'effort est réduit à l'intervalle suivant jusqu'à ce que la fréquence de mouvement puisse être maintenue. La phase de récupération s'effectue à nouveau avec le niveau d'effort (X) et une réduction de la fréquence de mouvement. Pour le vélo, il s'agit de 60 et pour l'elliptique de 50 tours.
  • Le niveau d'effort ainsi trouvé (2xX) est maintenu lors des séances d'entraînement suivantes. De même, l'échauffement est effectué avec le nouveau niveau d'effort déterminé (2xX/2).
  • Chaque phase d'effort est suivie d'une phase de récupération. Celle-ci est également effectuée après la dernière phase d'effort. C'est pourquoi il n'est pas nécessaire de procéder à un cool-down.

Si besoin, en augmentant la cadence, l'intensité augmente automatiquement, sans qu'il soit nécessaire d'adapter le niveau d'effort.

HIIT Training

update a développé avec P.I.I.T. un format de groupe varié et intensif. Intéressé(e) ? Plus d'infos > ici

Avec le Recovery Shake du update boutique tu peux accélérer ta récupération après un entraînement HIIT :

Catégories
Alimentation Nous n'attendons plus que toi

Prise de poids en vacances - comment l'éviter !

Oh non, les belles vacances sont terminées et en même temps la balance sonne l'alarme. Qui ne connaît pas la prise de poids en vacances ? Bien sûr, tu sais que tu as "péché" ici et là, que tu as manqué des séances d'entraînement ou que ton assiette était un peu plus remplie qu'à la maison. Mais la prise de poids pendant les vacances est-elle vraiment due uniquement à cela ? Nous te révélons ce à quoi tu dois vraiment faire attention pour éviter de prendre du poids en vacances.

Tout au long de l'année, tu suis ton alimentation, tu fais du sport de manière contrôlée et tu observes ton corps. Mais les jours fériés comme Pâques ou Noël ou les vacances d'été tant attendues s'interposent. La prise de poids pendant les vacances est frustrante et nous fait souvent reculer de plusieurs kilos dans les plans de perte de poids. Les suspects, à savoir les friandises comme les gâteaux, le chocolat et les plats de saison, sont vite identifiés. Mais le vrai coupable, c'est souvent nous-mêmes.

L'autodiscipline commence par l'observation

Avant même de constater la prise de poids pendant les vacances, nous remarquons que quelque chose se passe différemment en vacances. Le premier jour à l'hôtel ou en visite chez des proches, nous avons encore nos objectifs en tête. Le style de vie actif peut être interrompu par quelques assiettes de repas de fête, mais nous optons encore pour des aliments sains. La véritable prise de poids en vacances commence dès que tu renverses ce principe. Tu te laisses le libre choix, tu manges tout et tu oublies aussi rapidement tout ce que contient cette nourriture.

Pour une fois, c'est parce que tu as mis ton smartphone de côté. Quelle que soit l'application que tu utilises habituellement pour suivre tes calories et tes nutriments, le but n'est pas d'enregistrer les données mais de prendre conscience du suivi. En documentant ton alimentation, tu réfléchis à ce que tu as mangé et tu te souviens de tous les en-cas et petites choses de la journée. Si cette instance de contrôle disparaît, tu ne remarqueras pas la prise de poids en vacances, ne serait-ce que parce que tu ne t'y attends pas sur la base du journal des calories. En premier lieu, l'outil le plus important pour éviter la prise de poids en vacances est donc l'enregistrement des valeurs nutritives.

Tu n'es pas le seul à prendre du poids en vacances

Des études ont montré que la saison des vacances et les jours fériés dans le monde entier entraînent une prise de poids pendant les vacances. Par exemple, nous mangeons plus à partir du premier dimanche de l'Avent, nous prenons du poids et nous atteignons le pic de poids peu après le Nouvel An. C'est à ce moment-là que tu es le plus susceptible de remarquer la prise de poids en vacances et que tu passes ensuite jusqu'à la mi-mars à perdre tes kilos. À Pâques, le poids augmente à nouveau.

Parmi les trois pays étudiés, l'Allemagne, les Etats-Unis et le Japon, les Allemands ont enregistré la plus forte augmentation. Aux États-Unis, Pâques était moins important que dans le pays. Les Japonais augmentent certes aussi leur nombre de jours fériés autour du Nouvel An européen, mais le pic de l'année se situe pendant la "Golden Week", qui comprend quatre jours fériés importants. Les Japonais aiment partir en famille, savourer de bons repas et combiner les ponts avec des vacances de dix jours. Il n'est donc pas étonnant que cette semaine de vacances fasse également passer le contrôle de soi au second plan. Tous ces jours fériés et intervalles de vacances ont un point commun : ils durent moins d'un mois et nous passons le reste de l'année à essayer de perdre le poids pris pendant les vacances. Ne serait-il pas merveilleux qu'elle ne se produise pas du tout ?

Eviter la prise de poids en vacances en modifiant son alimentation

Où iront tes vacances d'été cette année ? Peu importe où tu iras, la nourriture sera probablement une invitation à la gourmandise. En fait, c'est partout meilleur que lorsque nous nous préparons nous-mêmes quelque chose après une journée de travail stressante. À cela s'ajoutent le confort, de nouvelles choses que nous n'avons encore jamais goûtées et l'absence du tracking mentionné plus haut.

Mais cet été, tu veilleras à empêcher la prise de poids pendant les vacances avant qu'elle ne s'installe. Pour cela, il suffit de modifier ton alimentation et de jeter régulièrement un œil sur les nutriments et la balance. Ne t'inquiète pas, il n'est pas nécessaire de se peser tous les jours.

Si tu fais beaucoup de sport, tu as probablement une alimentation particulièrement riche en protéines à la maison. Les protéines peuvent être rapidement transformées en masse musculaire et brûlées par le corps. Alors qu'à la maison, tu fais attention à ne pas manger de grandes quantités de pain, de riz, de pâtes et surtout de sucre, en vacances, ces glucides se cachent partout. Ils font que la prise de poids en vacances a lieu même si tu fais beaucoup d'exercice en même temps. Il en va de même pour les jours fériés, les "cheat days" et autres occasions où tu manges tout ce dont tu as envie. C'est pourquoi, pendant les vacances, tu dois consciemment changer ton alimentation et opter pour des aliments riches en protéines.

Ici, tu peux vraiment frapper en vacances

Currys, brochettes, kebabs, spécialités frites et ragoûts de viande consistants - ces plats sont présents dans presque tous les pays du monde. Chaque région a ses propres traditions et secrets de cuisine pour transformer la viande en délicieuses spécialités. Seuls quelques endroits et cultures renoncent à la viande dans leur alimentation quotidienne et la remplacent par du soja et d'autres aliments riches en protéines. Cela aussi est tout à fait acceptable en masse pour ton alimentation de vacances. Choisis délibérément des aliments riches en protéines. Le poisson fraîchement pêché est un plat typique des vacances. Le poisson est sain, délicieux et fournit beaucoup de graisses et d'huiles saines.

Ce plan se complique si tu es végétarien ou végétalien et que tu voyages dans des pays où la nourriture représente de toute façon un défi pour ce type d'alimentation. Dans ce cas, les protéines en poudre, les barres protéinées et autres compléments, ainsi que les fruits et légumes frais, peuvent t'aider à lutter contre la prise de poids en vacances et à rapporter de beaux souvenirs au lieu de kilos superflus. Tu verras, ça marchera ! Beaucoup d'exercice physique, détente à la plage ou bien-être - au final, c'est l'alimentation qui compte pour éviter la prise de poids en vacances.

Conclusion : des vacances comme tu les veux sans prendre de poids

Surveille ton alimentation, mets à jour ton journal alimentaire et privilégie le poisson et la viande plutôt que le pain pita et le riz. C'est une façon simple mais efficace d'éviter la prise de poids en vacances. Tes vacances restent individuelles et ne sont pas perturbées par un entraînement forcé ou des préparations diététiques. Redécouvre le monde sur le plan culinaire et profite du reste de l'année pour conserver ton poids de forme !

Profitez bien de vos vacances !

Catégories
Alimentation Nous n'attendons plus que toi

Le thé vert. Qu'est-ce qui le rend si sain ?

Le thé vert - délicieux, digeste et sain.

Qu'il s'agisse de sencha ou de matcha, le thé vert n'est pas seulement un plaisir absolu, il est aussi très sain : grâce aux précieux composants qu'il contient en abondance, il est censé pouvoir prévenir différentes maladies et freiner les processus de vieillissement. Le thé vert est donc une boisson très appréciée dans le monde entier en raison de ses nombreux effets bénéfiques. Si tu en bois régulièrement trois à quatre tasses par jour, tu fais beaucoup de bien à ton corps et tu peux faire en sorte de rester en bonne santé ou de vivre plus longtemps.

Qu'est-ce que le thé vert et quels sont les ingrédients qui le rendent si sain ?

Le thé vert doit son nom à sa couleur verte, qui peut varier légèrement en fonction de la variété, de la culture et du traitement. Le thé vert est utilisé depuis plus de 5 000 ans comme plante médicinale et contre différents problèmes de santé, car il est très sain. Il est riche en précieuses substances végétales secondaires qui peuvent avoir un effet de soutien contre de nombreuses maladies. Les catéchines sont particulièrement importantes. Il s'agit de substances amères présentes dans les plantes. Dans le thé vert, elles représentent environ 35 pour cent de la masse des feuilles. Les catéchines ont un effet stimulant sur le système immunitaire et un potentiel antioxydant élevé, de sorte qu'elles peuvent par exemple aider en cas de diabète. Le thé vert contient également des polyphénols importants qui réduisent l'inflammation dans le corps et peuvent aider à lutter contre les cellules cancéreuses. Grâce aux antioxydants qu'il contient, le thé vert peut veiller à ce que les radicaux libres nocifs soient capturés, de sorte que les cellules ne soient pas endommagées et que les maladies soient évitées. À long terme, cela peut également avoir un effet positif sur le processus de vieillissement.

Aperçu des ingrédients du thé vert :

- Amertume et tanins
- très nombreuses substances végétales secondaires
- Acides aminés
- huiles essentielles
- de nombreuses vitamines comme les vitamines A, B 1, B 2, B 12 et C
- des minéraux et des oligo-éléments tels que le fer, le magnésium, le calcium, le cuivre, le nickel et le zinc
- Théine et caféine

L'effet particulier qui rend le thé si sain résulte avant tout de la combinaison et de la liaison optimales des différents ingrédients entre eux. La caféine, par exemple, se trouve sous une forme liée, contrairement au café traditionnel, ce qui lui permet d'avoir des effets positifs sur la santé.

Le thé vert est bon pour la santé et soutient le cerveau.

Grâce à la caféine contenue dans le thé vert, tu te sens éveillé, en forme et lucide, car elle bloque les récepteurs correspondants dans le cerveau. Comme la concentration de deux neurotransmetteurs, la dopamine et la noradrénaline, augmente, l'humeur s'améliore également. Le thé vert ne provoque pas l'effet de tremblement et de surexcitation que l'on observe souvent avec le café ordinaire. Cela est dû non seulement à la faible teneur en caféine, mais aussi à l'acide aminé L-théanine, qui influence le neurotransmetteur GABA, qui a un effet anxiolytique, calmant et relaxant. Selon de nombreuses études, boire régulièrement du thé vert permettrait également de réduire la baisse des performances du cerveau avec l'âge. Tu peux prévenir des maladies comme la démence, la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson en buvant trois tasses de thé vert par jour.

Le thé vert est censé réduire le taux de cholestérol.

Le thé vert a une influence positive sur la pression artérielle et réduirait en outre le taux de cholestérol LDL dans le sang, car il inhibe l'absorption des graisses et améliore ainsi le rapport entre le "bon" cholestérol HDL et le mauvais cholestérol LDL. Ainsi, le thé est très sain, car il peut réduire le risque de différentes maladies cardiovasculaires comme l'infarctus ou l'attaque cérébrale. De plus, grâce aux nombreux antioxydants qu'il contient, les dommages causés par le cholestérol LDL peuvent être réparés, ce qui améliore la santé des vaisseaux sanguins. Bois cette boisson savoureuse tous les jours pendant une période prolongée.

Le thé vert est censé aider à perdre du poids.

Le thé vert aurait également un effet positif sur la perte de poids saine, car selon des chercheurs, il fait fondre la graisse corporelle, notamment au niveau du ventre, grâce à la catéchine EGCG qu'il contient. La raison en est la caféine qu'elle contient et qui est responsable de l'augmentation de la combustion des graisses. Cette plante médicinale a également un effet désacidifiant et stimule le métabolisme. De plus, les substances amères du thé vert endiguent les envies de sucreries. Ceci est également extrêmement bénéfique pour l'équilibre glycémique. Pour stimuler le métabolisme et rester en bonne santé, bois plusieurs tasses par jour.

Le thé vert peut protéger contre le cancer et est donc extrêmement sain.

Grâce à ses antioxydants qui protègent le corps contre les dommages cellulaires, le thé vert peut réduire le risque de différents cancers tels que le cancer des ovaires, du sein, de la prostate, de l'estomac et du côlon, et donc aider à rester en bonne santé. Ils sont environ 25 fois plus puissants que la vitamine E et 100 fois plus puissants que la vitamine C. Étant donné que chaque antioxydant intercepte et combat différents radicaux libres, tu devrais toutefois également veiller à une prise optimale des vitamines C et E. L'épigallocatéchine gallate (EGCG), en particulier, serait capable d'activer la propre protection du corps contre le cancer et de faire intervenir une enzyme corporelle qui rend les substances cancéreuses inoffensives et les expulse.

Le thé vert est bon pour la santé, car il protège contre l'ostéoporose.

Des scientifiques taïwanais ont constaté que la densité osseuse est influencée positivement par la teneur élevée en fluorure, qui est d'ailleurs également bénéfique pour la santé dentaire. Tu peux donc prévenir l'ostéoporose en en consommant régulièrement.

Une espérance de vie plus longue grâce au thé vert.

Les buveurs de thé vert vivraient plus longtemps. Déjà en 2007, une grande étude japonaise à long terme a permis de constater les effets positifs du thé vert : Les chercheurs ont recueilli pendant onze ans les données de plus de 40.000 personnes âgées de 40 à 79 ans. L'étude a pu démontrer qu'avec une consommation accrue de thé vert, l'espérance de vie augmentait. Avec cinq tasses par jour, la mortalité était réduite de 16 pour cent et même de 26 pour cent en ce qui concerne les maladies cardiovasculaires avec décès. Si tu bois une à deux tasses par jour, tu réduiras le risque de divers troubles cardiovasculaires et tu vivras très probablement plus longtemps.

Acheter du thé vert de qualité pour qu'il soit sain et le préparer correctement.

Il est recommandé de préparer le thé vert en deux ou trois infusions. Lors de la première infusion, le temps d'infusion est d'environ deux minutes et lors de la deuxième infusion, d'une minute, car les feuilles de thé ont déjà absorbé de l'eau. Avec un temps d'infusion plus long, le goût devient amer. Verse de l'eau chaude sur le thé vert. Si tu prépares le thé avec des plantes séchées, il ne doit pas bouillir. La température optimale est de 80 °C. Comparé au café ordinaire, l'effet du thé vert est plus doux et mieux toléré. Pour qu'il soit exempt de pesticides et d'autres substances nocives, et donc réellement sain, tu dois veiller à une qualité élevée lors de l'achat. Celle-ci détermine les ingrédients. Les produits bio sont idéaux. En règle générale, plus les feuilles sont fines et vert foncé, plus la qualité est élevée.

Résumé - Le thé vert est bon pour la santé.

Le thé vert est très sain grâce à ses composants uniques. Dans les pays asiatiques, il est consommé depuis de nombreux siècles. Mais il jouit également d'une popularité croissante dans notre pays, car ses multiples effets positifs sont connus. Le thé vert peut aider à lutter contre de nombreux troubles et à soulager des maladies déjà existantes. Le thé est une excellente source d'antioxydants, qui protègent le corps contre le cancer et sont bons pour les vaisseaux sanguins. Les effets qu'il déploie dépendent de sa qualité. Seuls les produits qui ne sont pas ou peu chargés de substances nocives sont réellement sains. Choisis donc de préférence un thé vert bio de qualité.

Tu veux du thé vert sous forme de capsules ? Alors les capsules de thé vert sont parfaites pour toi !
Catégories
Alimentation Nous n'attendons plus que toi

Index glycémique et charge glycémique : quelle est la différence ?

Index glycémique et charge glycémique. Quelle est la différence ?

Quiconque souhaite perdre du poids tombera tôt ou tard sur les termes "index glycémique" et "charge glycémique". C'est surtout dans le cadre des régimes dits "low carb", c'est-à-dire pauvres en hydrates de carbone, que ces deux notions sont utilisées pour évaluer l'impact sur la glycémie. Découvrez la différence entre "index glycémique" et "charge glycémique" et leur influence sur une alimentation saine.

Index glycémique - qu'est-ce que c'est ?

Le terme d'index glycémique désigne une mesure qui détermine l'effet d'un aliment contenant des glucides sur le taux de glycémie. Pour déterminer l'index glycémique des aliments, les nutritionnistes et les médecins prennent comme référence l'effet du glucose pur sur la glycémie. Le glucose pur a un indice glycémique de 100 pour cent. Tout comme les aliments sucrés ou les produits à base de farine blanche, il fait rapidement monter le taux de glycémie. Cela entraîne en même temps une augmentation du taux d'insuline. Celle-ci entraîne à son tour l'absorption de sucre par les cellules du corps, le stockage des graisses ou la difficulté à les éliminer - un effet contre-productif dans tout régime.

Charge glycémique - qu'entend-on par là ?

La charge glycémique tient compte non seulement de la qualité des glucides, mais aussi de la taille de la portion fournie au corps. La charge glycémique désigne donc le produit de l'index glycémique et de la quantité. Les scientifiques prennent comme exemple la comparaison entre la pastèque et le pain blanc. Ainsi, la pastèque a un index glycémique plus élevé que le pain blanc. Or, le pain blanc contient plus d'hydrates de carbone : sa charge glycémique est en fin de compte 2,5 fois plus élevée que celle de la pastèque. L'index glycémique des carottes et du pain blanc est à nouveau identique. Toutefois, la charge glycémique de 100 grammes de pain blanc est équivalente à celle de 700 grammes de carottes.

Index glycémique et perte de poids - ça marche ?

Des études menées par des experts en nutrition ont révélé qu'un indice glycémique bas a un effet positif sur la satiété. Les formes d'alimentation qui privilégient un indice glycémique bas misent principalement sur les protéines animales - les inconvénients pour la santé d'une consommation élevée de viande ne sont pas pris en compte.

Si un index glycémique élevé était la référence pour perdre du poids, il faudrait renoncer à des aliments comme la citrouille ou les carottes dans le cadre d'un régime - leur index glycémique se situe entre 75 et 85. Cependant, ces légumes sont très sains et il n'y a aucune raison de s'en priver. D'autant plus que ces aliments contiennent si peu d'hydrates de carbone qu'il faudrait en consommer des quantités énormes pour que leur consommation ait un effet significatif sur la glycémie.
Différentes études ont également montré que l'index glycémique de certains aliments varie fortement en fonction de la manière dont ils ont été préparés. Par exemple, l'indice glycémique des pâtes varie entre 38 et 61, selon le temps de cuisson. Il n'est donc pas certain que les pâtes provoquent une augmentation plutôt lente ou rapide de la glycémie. Un index glycémique bas ne signifie donc pas nécessairement qu'il permet de perdre du poids : Sans un déficit calorique et une activité sportive, il est peu probable que les kilos s'envolent.

Index glycémique ou charge glycémique : que dit la science ?

Dans la science et la médecine nutritionnelles modernes, les experts préfèrent désormais la charge glycémique à l'index glycémique en tant que valeur pertinente pour la sécrétion d'insuline. Cependant, il n'a pas encore été définitivement établi si et comment un index glycémique élevé ou faible ou la charge glycémique ont un impact sur la perte de poids ou la prévention de certaines maladies.

La Société allemande de nutrition a publié ce que l'on appelle une ligne directrice sur les glucides. Celle-ci part du principe que la consommation à long terme d'aliments à index glycémique élevé augmente le risque de surpoids pathologique, de diabète sucré de type 2, de maladie coronarienne et de cancer du côlon. En outre, la Société allemande de nutrition estime que les aliments à index glycémique élevé augmentent le taux de cholestérol.
Dans le cadre de l'étude dite EPIC, les scientifiques ont constaté un lien entre les aliments à index glycémique élevé et l'obésité abdominale chez les hommes et les femmes - alors que la charge glycémique n'avait un effet négatif que chez les femmes.

Index glycémique et charge glycémique - lequel est le plus adapté à la pratique ?

Les experts en nutrition critiquent l'index glycémique en disant qu'il n'est pas très pratique pour les personnes qui cherchent à perdre du poids.

Ainsi, si l'on considère qu'un index glycémique supérieur à 60 favorise une forte augmentation de la glycémie, il n'en reste pas moins que les glucides ne sont pas des aliments sains. Dans les guides diététiques, on parle souvent de "mauvais glucides". Parallèlement, les glucides dont l'index glycémique est de 50 sont qualifiés de "bons glucides". Il s'agit par exemple de produits de boulangerie composés principalement de céréales complètes - qui devraient sans aucun doute constituer un élément central d'une alimentation saine. En outre, un index glycémique bas ou élevé n'est significatif que si les aliments sont évalués individuellement. Dès lors qu'ils sont consommés dans le cadre d'un repas, il n'est que partiellement possible de déduire l'effet sur la glycémie à partir de l'indice glycémique.

La charge glycémique est mieux adaptée et plus pratique que l'index glycémique pour évaluer les aliments contenant des glucides. La charge glycémique ne considère pas l'aliment de manière isolée. La charge glycémique tient également compte de la quantité, c'est-à-dire de la taille des portions consommées. Pour les personnes qui souhaitent réduire leur poids, la charge glycémique est donc une orientation beaucoup plus pratique - mot-clé "déficit calorique". Les tableaux disponibles sur Internet et dans les guides donnent des informations sur la charge glycémique des différents aliments.

Index glycémique et charge glycémique : quel est le régime alimentaire optimal ?

En pratique, cela signifie miser sur un mode d'alimentation riche en légumes, fruits et produits complets. Les aliments industriels et fortement transformés sont à éviter - leur index glycémique est bien plus élevé que celui des aliments frais. Pour éviter une augmentation rapide de la glycémie, il faut préférer les aliments crus aux aliments cuits, en purée ou au four. Certains experts recommandent de consommer les pâtes ou les pommes de terre al dente et si possible refroidies, car les glucides refroidis atteignent plus lentement la circulation sanguine. Les graisses doivent également être utilisées avec parcimonie. Même si les graisses ont un indice glycémique faible, elles fournissent beaucoup de calories. Une alimentation riche en protéines - par exemple avec beaucoup de produits laitiers, de viande maigre et de poisson - favorise la satiété et le développement musculaire.

Aujourd'hui, la plupart des régimes ou des changements d'alimentation ne s'appuient plus sur l'index glycémique, mais se basent sur la charge glycémique. Une charge glycémique faible va jusqu'à 10, alors que l'on parle de charge glycémique élevée pour des valeurs supérieures à 20. Si la valeur de tous les aliments consommés ne dépasse pas 80 au cours de la journée, ce mode d'alimentation permet de réduire le poids.

Catégories
Alimentation

Comment le sucre inhibe ta combustion des graisses !

Comment le sucre inhibe ta combustion des graisses

La plupart des gens savent que manger beaucoup de sucre n'est pas très sain. Mais ce que l'on sait moins, c'est que le sucre peut effectivement inhiber la combustion des graisses par l'organisme. Il existe différentes formes de sucre et il se cache dans de nombreux aliments. Les personnes qui souhaitent stimuler leur combustion des graisses doivent donc absolument se pencher sur le thème de l'alimentation.

Comment fonctionne exactement la combustion des graisses ?

Notre corps a constamment besoin d'énergie pour toutes sortes de processus. Même lorsque nous sommes allongés sur le canapé et que nous ne faisons rien, le corps est au travail. Il construit et transforme, digère et approvisionne tous les organes en substances importantes. Même pendant le sommeil, nous avons besoin d'énergie. C'est par exemple à ce moment-là que l'hormone de croissance est active et qu'elle permet de brûler les graisses - en transformant la graisse des cellules adipeuses en énergie.
Lorsque nous sommes plus actifs, nous consommons naturellement plus d'énergie que lorsque nous sommes au repos. Si le taux de glycémie descend en dessous d'un certain seuil, le glucagon est alors sécrété. Cette hormone est indispensable à la combustion des graisses. Elle libère la graisse stockée dans les cellules adipeuses afin qu'elle puisse être transformée en énergie. Mais le glucagon n'est actif que lorsqu'il n'y a pas d'insuline dans le sang. En effet, l'insuline est l'antagoniste du glucagon.

Quel est le rôle de l'insuline dans la combustion des graisses ?

Tout comme le glucagon, l'insuline est également produite par le pancréas. Contrairement à cette dernière, elle n'a toutefois pas pour mission d'augmenter le taux de glycémie, mais de le faire baisser. Elle transporte donc le sucre dans les cellules et, selon les besoins énergétiques, ce sucre est également stocké sous forme de graisse. Mais ce n'est pas tout : lorsque la glycémie est élevée, le corps utilise d'abord cette énergie rapidement disponible. La graisse que tu as absorbée au cours du même repas se déplace alors en grande partie vers les bourrelets que tu apprécies moins - le contraire de la combustion des graisses.

Ce n'est que lorsque le taux d'insuline diminue à nouveau que ton corps a la possibilité de se remettre en mode de combustion des graisses à l'aide du glucagon et d'autres hormones. Le problème, c'est que ta glycémie est alors à nouveau très basse et que l'insuline déclenche une fringale. Si tu prends ensuite un dessert riche en sucre, le jeu recommence. Et c'en est fini de la combustion des graisses.

Résistance à l'insuline due à un excès de sucre

Les personnes qui, en raison de leur alimentation, ont souvent beaucoup de sucre dans le sang, ont également besoin de plus d'insuline pour réguler leur taux de glycémie. Il peut alors arriver que les cellules réduisent le nombre de leurs récepteurs d'insuline et bloquent ainsi l'absorption du sucre. Par conséquent, le pancréas sécrète encore plus d'insuline, car le taux de glucose dans le sang continue à augmenter. Mais la résistance des cellules à l'insuline demeure, le taux d'insuline dans le sang est trop élevé. C'est ce qu'on appelle le "prédiabète", c'est donc un stade préliminaire du diabète.
Si la situation reste ainsi pendant des années, le pancréas finit par cesser complètement de fonctionner. Et on se retrouve alors avec un diabète de type 2. Une alimentation consciente n'est donc pas seulement utile en ce qui concerne la combustion des graisses.

Quels sont les aliments qui provoquent une forte augmentation de la glycémie et qui empêchent de brûler les graisses ?

Quand on parle de sucre, la plupart des gens pensent au sucre blanc. Mais ce n'est pas le seul aliment qui freine la combustion des graisses. Les glucides simples, par exemple, se décomposent très rapidement en leurs différents composants de sucre, qui circulent à leur tour très rapidement dans le sang. Afin de déterminer dans quelle mesure les différents aliments font augmenter la glycémie, la "charge glycémique", abrégée en GL, a été calculée pour chacun d'entre eux. Cette valeur est une forme élargie et plus précise de l'index glycémique (IG). Le sucre pur a une GL de 100.

Les aliments à charge glycémique élevée, qui sont donc mauvais pour ta combustion des graisses, sont entre autres
- Produits de boulangerie, en particulier les produits de boulangerie sucrés à base de farine de blé
- produits de boulangerie sans gluten
- Cornflakes
- Nouilles
- Pop-corn sans sucre
- Pizza
- Biscottes
- Riz
- Chips de pommes de terre
- Sirop d'érable et miel
- Confiture
- Chocolat
- dattes, surtout séchées
- pommes et figues séchées

La charge glycémique est particulièrement faible chez les :
- Légumes, en particulier avocat, aubergine, fenouil, olives et concombre
- les salades, en particulier le chou chinois, la mâche et la chicorée
- des fruits frais
- Lait et produits laitiers
- Noix

Dans le cas de la viande et du poisson, la part de glucides est si faible que la charge glycémique ne peut pas être déterminée.
Les valeurs pour les différents aliments peuvent varier considérablement, car trop de facteurs ont une influence sur le sucre dans le sang. Par exemple, la charge glycémique change lorsque les aliments sont transformés ou combinés avec d'autres aliments. Le fait de chauffer et de broyer les aliments augmente la GL. Les combinaisons avec des protéines, des graisses et des fibres freinent la vitesse à laquelle le sucre migre dans le sang. Certains aliments ont également un effet hypoglycémiant, par exemple la cannelle, l'ail, les graines de lin, le vinaigre de cidre et le curcuma.

Détecter les variations de la glycémie, stimuler la combustion des graisses

Au lieu de consulter des tableaux, il est possible, avec un peu d'entraînement, de reconnaître l'augmentation de la glycémie à son propre ressenti. Un taux élevé de sucre dans le sang réveille - mais seulement brièvement. Ensuite, l'insuline entraîne la fatigue et la faim de plus de sucre. Si tu as envie de faire une sieste ou de manger un pudding au chocolat après un repas, ton insuline a probablement beaucoup augmenté. Dans ce cas, repose-toi un peu, mais au lieu de manger des sucreries, opte plutôt pour quelques noix. Observe les repas après lesquels tu te sens en forme et plein d'énergie. Tu pourras ainsi découvrir peu à peu quels sont les aliments qui conviennent le mieux à la combustion des graisses.

Les réveils nocturnes avec la faim peuvent également indiquer un repas du soir trop riche en glucides - la glycémie a alors tellement baissé pendant le sommeil que le corps réclame encore du ravitaillement pendant la nuit.

Une alimentation adaptée pour stimuler la combustion des graisses

Il existe différents régimes alimentaires qui visent à réduire le sucre et à augmenter la combustion des graisses. Elles ont toutes pour objectif de te faire sortir du cercle vicieux de la glycémie. Les formes les plus extrêmes sont le régime low-carb ou le régime cétogène, qui ont cependant tous deux leurs détracteurs. Le jeûne par intervalles pourrait également avoir des effets positifs sur la combustion des graisses.

Ce que tu peux faire, même sans régime strict, c'est renoncer aux aliments riches en sucre ou en glucides simples. Les protéines, les graisses et les glucides complexes fournissent beaucoup d'énergie et ne font monter la glycémie que lentement. Pour brûler les graisses, il vaut surtout la peine de renoncer aux boissons gazeuses, barres de céréales, pizzas & Co dans les deux heures qui précèdent directement l'entraînement et même pendant.

Catégories
Endurance Nous n'attendons plus que toi Force

Faire travailler les fesses sur le tapis roulant. Est-ce possible ?

Puis-je faire travailler mes fessiers sur un tapis roulant ?

De nos jours, on voit de plus en plus de personnes dans les centres de fitness qui copient les exercices d'Internet des soi-disant influenceurs Instagram et Facebook. C'est probablement de là que vient la tendance à courir à toute vitesse sur le tapis roulant. Lorsqu'on demande aux personnes qui s'entraînent pourquoi elles le font, la réponse est souvent la même : "Je veux faire travailler mes fesses sur le tapis roulant et obtenir ainsi des fesses bien fermes". Est-ce efficace ?

Comment avoir des fesses fermes ?

Il s'agit avant tout de "raffermir" les fesses. Cela signifie augmenter la masse musculaire et réduire la masse graisseuse. On peut y parvenir en visant un bilan énergétique négatif. Il s'agit d'ingérer moins de calories que d'en consommer. L'endroit où la graisse corporelle est éliminée est en grande partie réglé par la génétique et ne peut donc guère être influencé. Il est possible d'augmenter localement la masse musculaire. Peut-on donc maintenant augmenter sa musculature en faisant travailler ses fesses sur le tapis roulant ?

Probablement pas.

Pour que la masse musculaire augmente, les contraintes suivantes doivent être présentes :

  • Durée de la tension jusqu'à l'épuisement musculaire d'environ 60 à 100 secondes.
  • Une résistance à l'entraînement qui peut provoquer l'épuisement musculaire pendant ces 60 à 100 secondes.

Il est fort probable que ces deux conditions ne soient pas réunies chez de nombreuses personnes lorsqu'elles entraînent leurs fessiers sur un tapis roulant.

Entraîner les fessiers sur un tapis roulant n'a pas beaucoup de sens. Quelle est l'alternative ?

Un muscle réagit à chaque stimulus d'entraînement par une adaptation spécifique. Si un stimulus agit sur le muscle pendant une période prolongée (de plusieurs minutes à plusieurs heures), celui-ci devient plus endurant. Ce faisant, la surface de sa section transversale n'est guère modifiée. Pour augmenter la masse musculaire, le muscle doit être complètement épuisé en 60 à 100 secondes. De plus, la quantité de protéines ingérée doit être suffisamment importante et disponible au bon moment. Ce n'est qu'ainsi que le muscle peut avoir accès au matériau de construction nécessaire.

Pour épuiser complètement le muscle en peu de temps, un appareil de musculation est donc nettement plus adapté qu'un appareil d'endurance.

Dans le blog suivant, tu trouveras des exercices pour entraîner tes fesses. Ceux-ci sont nettement plus efficaces que si tu entraînais tes fesses sur un tapis roulant.

4 exercices de fessiers pour des fesses fermes.

Amuse-toi bien et fais brûler tes fesses !

Catégories
Alimentation Nous n'attendons plus que toi

Les pauses diététiques - le booster pour la perte de graisse ?

Les pauses diététiques sont-elles Brûleurs de graisse est-il bénéfique ? - Quelle est l'efficacité de cette forme d'alimentation ?

De nos jours, il y a de plus en plus de personnes en surpoids. Beaucoup mettent alors en place pour le Brûleurs de graisse sur les régimes alimentaires. Les pauses entre les régimes semblent favoriser Brûleurs de graisse.

Qu'est-ce qui est important si nous voulons perdre de la graisse ?

La composante principale de la perte de poids est le bilan énergétique (apport énergétique - dépense énergétique). Si le bilan énergétique est négatif, le poids corporel diminue et la graisse corporelle est éventuellement réduite. Cependant, lorsque le poids corporel diminue, la consommation d'énergie diminue généralement aussi. La diminution de la consommation d'énergie s'explique en partie par une diminution du poids corporel.

Cependant, la réduction de la consommation d'énergie ne peut pas être entièrement expliquée par la seule perte de poids. Il existe en outre des adaptations métaboliques qui semblent y contribuer. Cette adaptation est appelée thermogenèse adaptative.

Pauses diététiques - Que dit une étude récente sur cette thermogenèse adaptative ?

Il a été supposé dans l'étude actuelle que la thermogenèse adaptative pourrait être minimisée en faisant des "pauses" pendant la période de régime.

La conception de l'étude

Un groupe (groupe 1) a suivi un régime pendant 16 semaines. Les participants ont ainsi consommé 33% de calories en moins. L'autre groupe (groupe 2) a également suivi un régime pendant 16 semaines, au cours desquelles ils ont consommé 33% de calories en moins. Cependant, à chaque fois après deux semaines de régime, le groupe 2 a fait une pause de deux semaines au cours de laquelle il a consommé la quantité de calories nécessaire à un bilan énergétique équilibré (pause diététique). La durée totale du régime du groupe 2 était donc de 30 semaines, mais le déficit calorique total au cours de ces semaines était le même que celui du groupe 1.

Le groupe 2 (groupe avec pauses diététiques) a perdu plus de masse grasse par rapport au groupe 1 (sans pauses diététiques/12,3 contre 8,0 kg), tandis que la perte de masse maigre (surtout de masse musculaire) était similaire entre les groupes (1,8 contre 1,2 kg). La variation de poids pendant les pauses du régime était presque nulle (0,0 ± 0,3 kg de poids corporel). Les différences de perte de graisse se sont donc produites pendant les périodes de régime.

La réduction de la consommation d'énergie au repos (métabolisme de base) était donc plus faible dans le groupe avec les pauses diététiques, ce qui indique que le régime atténue efficacement la thermogenèse adaptative.

Conclusion des pauses diététiques

Apparemment, les pauses diététiques peuvent Brûleurs de graisse en contrecarrant partiellement la baisse de la consommation d'énergie au repos (métabolisme de base) pendant la période de régime.
Alors que le groupe ayant fait des pauses dans son régime a perdu plus de graisse, la durée du régime était presque deux fois plus longue.

On pourrait bien sûr argumenter qu'un régime sans pauses pendant 30 semaines avec une quantité d'énergie de 33% est inférieur à la consommation d'énergie de la même personne ou conduit à plus de Brûleurs de graisse de la nourriture. Bien entendu, le déficit calorique global serait alors beaucoup plus important et l'alimentation serait nettement plus exigeante d'un point de vue mental.

Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28925405

Catégories
Alimentation

Les coupe-faim - comment ils agissent contre la faim

Les coupe-faim sont également appelés anorexigènes et sont censés influencer la sensation de faim. Pour ce faire, les substances actives qu'ils contiennent se fixent à un endroit précis du cerveau - l'hypothalamus. Cette région du cerveau est responsable du contrôle de la sensation de faim. La diminution de l'appétit ainsi obtenue devrait entraîner une réduction de l'absorption de nourriture et une économie de calories inutiles. Les fringales, qui apparaissent souvent lors d'un régime, peuvent également être combattues de cette manière.

Mode d'action des coupe-faim

De nombreux coupe-faim n'ont pas été testés scientifiquement. Il s'agit plutôt de préparations dont l'effet a été transmis depuis les pays d'origine des ingrédients, généralement d'origine végétale. De tels coupe-faim naturels sont disponibles en pharmacie ou en droguerie. Ils contiennent par exemple du guarana, riche en caféine et stimulant le métabolisme, ou des extraits de konjac qui rassasient. Ces derniers gonflent dans l'estomac, de sorte que des stimuli de satiété sont envoyés au cerveau par les récepteurs d'étirement propres à l'estomac. Les coupe-faim peuvent également avoir un effet régulateur sur l'appétit sous forme d'épices spéciales comme le piment ou le poivre de Cayenne. La capasaicine des condiments piquants est en même temps utilisée comme Brûleur de graisse sont connus. Les ingrédients qui aident à lutter contre les fringales sont Extraits de citron ou de pamplemousse. De nombreuses personnes souhaitant perdre du poids ont en outre rencontré Poudre de protéine pour perdre du poids ont pu acquérir de l'expérience en matière de réduction de l'appétit. Le pur Protéines rassasie, mais fournit moins de calories que d'autres aliments et favorise donc une réduction du poids. En outre, le Protéine ce processus nécessite de l'énergie supplémentaire.

Les produits non végétaux comme coupe-faim

Outre les coupe-faim à base de plantes, il existe également des produits contenant de la phentermine ou de la noréphédrine. Ces deux substances sont malheureusement très appréciées dans le milieu du fitness, car elles augmentent les performances. Ces deux substances sont interdites en Suisse ! Cette dernière est un neurotransmetteur qui agit comme une hormone de stress et qui est étroitement apparentée à l'adrénaline. Elle active le système nerveux sympathique dans le corps - l'axe du stress - et a notamment pour effet d'accélérer le métabolisme, de libérer les réserves d'énergie du corps et de réduire l'appétit. Les effets secondaires peuvent toutefois aussi être une hypertension, voire un choc anaphylactique. Il faut donc éviter de consommer de telles substances.

Source : www.diaetpillen.org

Catégories
Alimentation Nous n'attendons plus que toi Cours Force

Transformer la graisse en muscle - est-ce possible ?

Transformer la graisse en muscle - est-ce vraiment possible ?

On entend souvent dire dans les salles de sport qu'il est important de faire de la musculation pour pouvoir transformer la graisse en muscle. C'est encore plus drôle quand on entend des personnes qui s'entraînent dire qu'elles doivent d'abord prendre de la masse (je parle surtout de la masse graisseuse) et qu'elles transformeront ensuite la graisse en muscle. Cela semble bien, mais ce n'est malheureusement pas possible. Jetons donc un coup d'œil sur les mécanismes qui se cachent derrière la prise de muscle et la perte de graisse, afin de t'expliquer pourquoi cette affirmation appartient au royaume des contes de fées.

Comment les muscles se développent-ils ?

Les muscles sont soumis à une croissance et une décroissance constantes. Même maintenant (pendant que tu lis ce texte), la masse musculaire se construit et se détruit dans ton corps. Si les processus de construction musculaire prédominent, la musculature se développe. Si ce sont les processus de fonte musculaire qui prédominent, la musculature diminue.

Comment stimuler les processus de construction musculaire ?

Il existe deux stimuli anabolisants (constructifs) pour le muscle. Le premier est l'entraînement musculaire intensif avec un épuisement maximal des muscles dans une durée de tension raisonnable d'environ 60 à 90 secondes par fonction musculaire. Le second est la protéine (acides aminés essentiels). Outre tes conditions génétiques, ces deux points sont déterminants pour la croissance de ta musculature.

Comment fonctionne le processus de construction musculaire ?

Si tu veux prendre du muscle, tu dois augmenter la vitesse de synthèse des protéines musculaires. La synthèse des protéines musculaires est le processus de fabrication des protéines musculaires. Mais comment fonctionne la synthèse des protéines musculaires.

Tes cellules musculaires ont plusieurs noyaux cellulaires dans lesquels ton ADN est stocké. C'est sur ton ADN que se trouve le plan de construction de ton corps. Lorsque tu stimules tes cellules musculaires en faisant de la musculation, une partie du plan de construction d'une nouvelle cellule musculaire est copiée (ce processus est appelé transcription). Cette copie du segment d'ADN est appelée ARNm (pour ARN messager). Cet ARNm contient maintenant les informations nécessaires à la production d'une nouvelle cellule musculaire. L'ARNm sort du noyau cellulaire par les pores nucléaires et est ensuite traduit en une protéine au niveau des ribosomes (ce processus est appelé traduction). Lors de la traduction, l'ARNm est lu et les acides aminés sont assemblés selon le plan de construction de l'ARNm. Pour que ce processus puisse avoir lieu, il faut bien sûr que ces acides aminés soient présents en bonne quantité. On comprend maintenant pourquoi la croissance musculaire sans protéines (les protéines sont composées d'acides aminés) est plutôt difficile.

La graisse est-elle transformée en muscle ou comment la graisse est-elle éliminée ?

Dans le corps, la graisse est stockée sous forme de triglycérides (on lit souvent aussi triacylglycérides). Il s'agit d'un glycérol chimiquement estérifié par trois acides gras. Comme pour la construction et la destruction des muscles, il existe des processus de construction et de destruction des graisses.

Ce processus est principalement contrôlé par la quantité d'énergie ingérée et par la quantité d'énergie dépensée. Si la quantité d'énergie ingérée est supérieure à celle dépensée, la quantité d'énergie excédentaire sera (très probablement) stockée sous forme de graisse corporelle. En revanche, si la quantité d'énergie consommée est supérieure à la quantité ingérée, la graisse corporelle sera (très probablement) éliminée.

Comment fonctionne le processus d'élimination des graisses ?

Pour décomposer la graisse, il faut d'abord la libérer du tissu adipeux. Cela se fait par une décomposition hydrolytique de la graisse naturelle en gylcérol et 3 acides gras libres (on appelle cela la lipolyse).

Les acides gras formés sont ensuite libérés dans le sang. Ces acides gras peuvent ensuite être absorbés et métabolisés par les muscles pour la β-oxydation (dégradation des acides gras en énergie dans les mitochondries) ou par le foie pour la cétogenèse (formation de corps cétoniques en état métabolique de carence en glucides). Les acides gras à chaîne courte peuvent alors se déplacer librement dans le sang, tandis que les acides gras à chaîne longue sont liés à des protéines de transport. Le glycérol produit par la lipolyse est également dégradé par le foie et utilisé pour la gluconéogenèse (production de sucre) ou la synthèse d'acides gras (production de graisse).

Peut-on maintenant transformer la graisse en muscles ?

Tu sais maintenant que le processus d'élimination des graisses ne produit certainement pas de masse musculaire. On ne peut donc pas transformer la graisse en muscle. Lors de la perte de graisse, la graisse naturelle est transformée en énergie. Lors de la construction musculaire, les acides aminés sont assemblés en protéines musculaires. Ce sont deux processus complètement différents.